Le mystère d'une survivance ...

...suivit de la liste non exhaustive des "résurgences templières" depuis 1314

"Pape Clément... chevalier Guillaume de Nogaret... roi Philippe...
avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y reçevoir votre juste châtiment !
... Maudits ! Maudits ! vous serez tous maudits jusqu'à la treiziéme génération de vos races !..."

Cette parole (rapportée par le chroniqueur Geoffroy de Paris) fut prononcée le 18 Mars 1314, par le dernier Grand Maître des Templiers : Jacques de Molay supplicié sur le bûcher de l'îlot des juifs, avec le précepteur de Normandie, Geoffroy de Charnay. Cet îlot, à la pointe de l'île de la cité devait son nom aux nombreux juifs qu'on y avait fait brûler. Réuni à un second îlot, il forme aujourd'hui le square du Vert galant.

Le 20 avril 1314, Clément V meurt d'une affection intestinale.

Le 29 novembre, Philippe le Bel meurt au court d'une chasse au sanglier, jeté bas de son cheval. Entre temps, Guillaume de Nogaret est mort dans des conditions étranges.

Guillaume de Paris, Grand Inquisiteur de France, est poignardé.

Les deux principaux témoins de l'accusation, Gérard de Laverna et Bernard Palet, sont pendus..

Quelques jours après la mort de Jacques de Molay, les toits du Palais Royal seront recouverts d'une véritable nuée de corbaux comme un présage de malheur, un signe de deuil... Fait historique qui remplira les parisiens de terreurs et qui troublera sans doute les nuits de Philippe le Bel jusqu'à sa mort !

Faute de documents, l'histoire n'a jamais élucidé le problème de la disparition de tous les Templiers de France. Si une partie de leurs biens, par ordre du Pape, passa à l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Jérusalem, la plupart de leurs trésors n'ont jamais été retrouvés.

Certains templiers sont vraissemblablement passés dans des ordres religieux étrangers. Le Portugal avait refusé d'obéir au Pape: l'Ordre put y survivre, prenant le nom de Milice du Christ. Hasard : au XVe siècle, les voiles des navires portugais arboraient la croix pattée templière ..


1319 : Ordre du Christ -Thomar / Portugal

En france, son seul "héritier" officiel: L'Ordre des Hospitaliers, a duré jusqu'à nous : c'est l'Ordre de Malte.


Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, Rhodes et Malte / Italie

Des légendes invérifiables assurent que le Temple, devenu société secrète après sa dissolution officielle aurait été à l'origine de la Franc-maçonnerie : on raconte même que, le 21 janvier 1793 lorsque la tête de Louis XVI roula dans le panier, un cri sorti de la foule: "Jacques de Molay, tu es vengé !"

Faut-il rappeller que toutes les structures templières (ou rosicruciennes) de la Maçonnerie moderne, sont de pures fabrications des XVIIIe et XIXe siècles, sans sédimentation d'apports antérieurs véhiculés de la fin du moyen-âge à l'époque napoléonienne ?

La fable de la filiation templière de la Franc-maçonnerie a eu une influence considérable sur nombre de jugements contemporains portés sur l'Ordre des Templiers (Voltaire, Condorcet, l'Abbé Barruel, Gérard de Nerval, V.-E. Michelet ...)

Des libres penseurs ont innocenté les templiers pour pouvoir mieux salir la papauté - nombre de catholiques ont reporté sur les franc-maçons la haine qu'ils destinaient aux templiers.

Il est toutefois intéressant de souligner que l'étude du Temple est devenue pour certans un sujet de polèmique plutôt qu'un sujet d'histoire.. Les continuateurs de l'ordre des Templiers fournissent tout de même une note intéressante sur l'exploitation et la vitalité de la légende templière

Au XIXe et au XXe siècle, bon nombre d'ordres se référant plus ou moins sérieusement au Temple ont été créés. La plupart sont purement intéressés et sont de véritables repaires de gogos recrutés parmis des hommes d'affaires ou des gens influents à la recherche de ce qui pourrait les différencier du reste de la population, en faire en quelque sorte des êtres d'élite. Alors, sous couvert d'ésotérisme chrétien dans le meilleur des cas, ils sont initiés à des "mystères" pour des sommes relativement substantielles. Ces ordres sont tous à la recherche d'une filiation qui leur donnerait une garantie de sérieux.

Aujourd'hui, les Associations inspirées de l'Ordre du Temple sont devenus légion (une centaine par le monde, insignifiants pour la plupart).

Bon nombre de ces Ordres n'ont hérités des Templiers seulement leur don pour la finance.

Quelques légendes quant à la survivance du Temple


Nous reprenons ici quatre des principales légendes qui entourent la survivance de l'Ordre du Temple après sa dissolution en 1314 :

1. Le filiation de Beaujeu

Selon un certain document, Jacques de Molay quelques jours avant sa mort, confia la tâche à François de Beaujeu, qui n'était un membre de l'Ordre, de récupérer un écrin de cristal . De Molay aurait initié Beaujeu et lui aurait confié la mission d'assurer la survie du Temple. Quand Jacques de Molay mourut, Beaujeu réunit neuf chevaliers de l'Ordre rescapé de la rafle et ils auraient jurés de maintenir l'Ordre en vie.

2. La filiation d'Aumont

Au soir du 18 mars 1314, Aumont et 7 autres chevaliers auraient récupérés les cendres de Jacques de Molay et criés les mots "Mac Benach" en jurant de venger l'Ordre. Aumont se serait alors rendu en Ecosse et, sur l'île de Mull, il aurait été désigné comme nouveau grand-Maître de l'Ordre le 24 juin 1315. Ce noyau de Templiers serait à l'origine de la constitution de la loge maçonnique Heredom ou "Sainte Maison".

3. La filiation Larménius

Cette légende fut propagée par l'abbé Grégoire, par Sédir et Guyot. Larménius, commandeur de Jérusalem, aurait été désigné par Molay comme futur Grand-Maître. L'Ordre serait alors resté dans l'ombre jusqu'en 1808 avec la résurgence officielle orchestrée par Fabré-Pallaprat.

4. La filiation de Goeffroy de Gonneville

Désigné par Molay comme successeur, il aurait réuni un chapitre en Dalmatie puis serait parti en Asie Centrale où l'on perd sa trace.

Liste non exhaustive des "résurgences templières" depuis 1314 :

1318 : Dante d'Alighieri termine en cette année sa trilogie "La Divine Comédie" (Enfer-Purgatoire-Paradis). Il fait allusion à plusieurs reprises aux Templiers, à leur martyr et à leur résurgence. Béatrice est entourée dans l'Empyrée, d'une "assemblée de blancs manteaux" (Paradis - Chant XXX).
Dante, Guido Cavalcanti et Pic de la Mirandole auraient fait partie des Fidèles d'Amour, une confrérie secrète à l'écart des luttes fratricides qui opposaient les Guelfes (partisants du Pape), les Gibelins (partisants de l'Empereur) ainsi que la Ville de Florence.
Du parti Guelfe, à l'origine, favorable au Pape, Dante rejoindra (avec les Guelfes blancs) le camp des Gibelins et de l'empereur Henri VII. Quand les terribles Guelfes noirs prendront le pouvoir à Florence, en 1302, Dante sera condamné à mort.Il quittera sa ville qu'il ne reverra jamais.

1737 : Discours du Chevalier Ramsay

Le 21 Mars 1737, Le Chevalier Ramsay prononce à Paris un discours, qui constitue encore la charte officieuse de " l'Ecossisme " en France. Ramsay introduisit les Croisés dans l'histoire maçonnique. Ils seraient entrés " en société " pour " rétablir les temples des chrétiens dans la Terre Sainte " et se seraient engagés " par serment à employer leurs talents et leurs biens pour ramener l'architecture a sa primitive institution ". Après avoir ainsi relié la chevalerie à l'architecture, il expliquait l'usage de "signes anciens" et de "mots symboliques" par la nécessité pour eux de se distinguer des Sarrazins. L'Ordre maçonnique se serait ensuite uni avec les Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem ce qui expliquait pourquoi les loges étaient dites de Saint-Jean. De la Terre sainte, l'Ordre maçonnique aurait été introduit en Ecosse d'où des grades dits écossais. Cette filiation entre la chevalerie et les lumières, les Croisades, l'Ecosse et l'Art Royal contribuait à "détacher" l'Ordre de ses bases Andersoniennes.

1756 : Stricte Observance Templière / Allemagne
(Carl-Gotthelf, Freiherr (Baron) von Hund)

En 1743 le Baron de Hundt, maçon allemand, aurait été initié à des "hauts grades" templiers par un dignitaire écossais (Charles Edouard Stuart, roi d'Ecosse en exil à Paris? ) qui le charge de développer le système templier sur le continent. Cette filiation templière écossaise proviendrait d'une persistance de l'Ordre du Temple à travers la création, grâce à Robert Bruce premier Roi d'Ecosse, de l'Ordre du Chardon qui accueillit les Templiers francais en exil lors de la dissolution du Temple par le Philippe le Bel. De retour en Allemagne le Baron de Hund crée, en 1756 la Stricte Observance Templière; ainsi nommée parcequ'une discipline rigoureuse y régnait et qu'elle se réclamait de l'héritage templier. Ce Régime (organisation de l'ensemble des grades) se développe largement en Allemagne et en Scandinavie, recrutant parmis les Loges d'origine anglaise qui devinrent ainsi "Rectifiées", modifiant leur statut pour permettre aux nouveaux grades templiers (Maitre Ecossais de Saint André, Novice et Templier puis Grand Profès) de faire suite aux trois grades habituels de la Maçonnerie (Apprenti, Compagnon, Maitre). Le Baron de Brunswick devint Grand Maître en 1772 pour réorganiser le système qui devenait la proie d'aventuriers mystiques. Le rite prit alors le nom de Régime Ecossais Rectifié.

1761 : Apparition à Metz du Grade de " Grand Inspecteur Grand Elu Chevalier Kadosch " au sein des Hauts Grades du Rite de Perfection. Ce "grade de vengeance" de " Chevalier Kadosch " incorpore la légende templière .

1774 - 1782 : Apparition du Rite Ecossais Rectifié au sein de la Franc-Maçonnerie
Les origines du R.E.R. sont, historiquement, associées à quatre systèmes :
1 - la Maçonnerie symbolique, dite bleue, avec ses trois degrés,
2 - l'Ecossisme de l'époque - 18ème siècle,
3 - les Chevaliers Maçons Elus Cohens de l'Univers, avec Martinez de Pasqually, en 1754,
4 - la Stricte Observance Templière, - Ordre germanique importé en France en 1774.
La synthèse en a été réalisée par Jean-Baptiste Willermoz, et, au travers de péripéties historique, l'ensemble fut adopté au Convent des Gaules, à Lyon en 1778, et confirmé à celui de Wilhemsbad en 1782.

Tablier de Maître au R.E.R.(Rite Ecossais Rectifié)

Tablier 30e degré R.E.A.A. (Rite Ecossais Ancien et Accepté)
Historique du R.E.A.A. http://www.franc-maconnerie.org/web-pages/les-rites-fm/reaa.htm


Actuellement : Le R.E.R. est le rite "originel" de la Grande Loge Nationale Française (GLNF)
http://www.glnf.asso.fr/


.. il est aussi pratiqué à la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra (GLTSO)
(ex-Grande Loge Nationale Française - Opéra)
http://www.fm-fr.org/fr/rubrique.php3?id_rubrique=0010


... ainsi qu' au Grand Orient de France (GODF)
http://www.godf.org

1808 - 1863 : Ordre du Temple - Paris
(Bernard Fabré-Palaprat)

1890 : Ordre Catholique de la Rose+Croix du Temple et du Graal
(Joséphin Péladan)

1905 - 1938 : Ordre Nouveau du Temple / Allemagne
(Adolf Joseph Lanz)

1904 : Ordre du Temple Rénové - Paris
(René Guénon)

1919 : Ordre De Molay - Kansas City - Missouri (USA)
(Frank S. Land / Louis Lower / Frank A. Marshall)
... Walt Disney en fit partie


http://www.demolay.org/


1945 : Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem - Paris
Antonio Campello Pinto de Sousa Fontes, détenteur des archives de la branche belge issue de l'Ordre du Temple de Fabré-Palaprat, fonde l'OSMTJ (Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem).

juin 1952 : Résurgence templière à Arginy (Côte d'Or), sur l'impulsion de Jacques Breyer.

1959 : la résurgence d'Arginy (1952) prend le nom d'OTS+

Février 1960 : Fernando Campello Pinto Pereira succède à son père à la tête de l'OSMTJ.

Juin 1966 : élection du premier Grand Maître de l'OTS+, Jean Soucasse.
Par la suite, l'OTS+ devient l'OSTS (Ordre Souverain du Temple Solaire)


1962 : Le Souvenir Templier - Boulogne
(Philippe Encausse/ Robert Embelain)

1963 : Nouvelle Observance Templière - Nice
(Alfred Weysen)

? : Ordre des Chevaliers du Saint Temple - Brive
(Michel Carpenet)

1970 : Ordre Rénové du Temple (ORT) - Chartres
Novembre 1970 : Avec l'aval de Ralph M. Lewis (AMORC), Raymond Bernard fonde l'ORT (Ordre Rénové du Temple).

1970 : Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani - Porto / Portugal
(Pino Da Sousa Fontes)
Scission au sein de l'OSMTJ. Fernando Campello Pinto crée l'OSMTH (Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani)

Avril 1971 : Raymond Bernard abandonne la présidence de l'ORT. Il est remplacé à cette fonction par Julien Origas, Grand Sénéchal de l'Ordre.

1970 : Ordre de la Ligue des Templiers Modernes de Jérusalem - Paris
(Despradels)

Fin 1971 : Raymond Bernard se retire du conseil d'administration de l'ORT et de toutes ses activités au sein de ce mouvement.

Mai 1972 : Julien Origas, alias "Humbert de Franskenbourg", Grand Maître de l'ORT.

Octobre 1972 : Raymond Bernard démissionne de l'ORT. Tout lien entre l'ORT et l'AMORC est officiellement et définitivement rompu.

1972 : L'Eglise Templière / Frères Ainés de la Rose+Croix - Saint Cyr-sur-Mer
(Roger Caro)

1972 - Le Collège Templier (C+T) - Caluire et Cuire (69)
(Jean Soucasse - Paul Soucasse)
Le Collège Templier s'incrit dans le droit fil de la Résurgence d'Arginy (12 Juin 1952)


http://www.chez.com/templecollege/



1973 : Ordre des Veilleurs du Temple / Militia Templi - Montpellier
(L. Metche B. Damman / Pierre Mazaire)
"En 1973, 650 ans aprés le Chapitre de Dalmatie (voir : filiation de Goeffroy de Gonneville ). L'Ordre du Temple resurgit à l'aube du 3ème millénaire sous l'impulsion des "Fidèles d'Amour", par l'intermédiaire de l'Ordre des Veilleurs Du Temple (OVDT), Tiers-Ordre de la Militia Templi."
Pendant neuf ans, l'Ordre des Veilleurs Du Temple / Militia Templi a mis en place ses structures et son enseignement, jusqu'en 1982, où il apparut au grand jour. Cette même année eu lieu, lors d'un Conclave, l'élection du 23ème Grand Maître de l'Ordre du Temple.


http://www.ovdt.org



1976 : Cercle du Temple et du Saint-Graal
Mars 1976 : Fondation par Noël R. et Jean-Marie Parent, du CTSG (Cercle du Temple et du Saint-Graal).

1978 : Ordre du Temple Cosmique
Scission au sein de l'OSTS. Création de l'OTC (Ordre du Temple Cosmique).

1978 : Fraternité Johannite pour la Résurgence Templière - Cassel
(J.-M. Parent et R. Facon)
Décembre 1978 : Fondation de la FJRT (Fraternité Johannite pour la Résurgence Templière), avec J.-M. Parent et R. Facon.

1978 : Internationale Oekumenische Templer-Orden (IOTO)


http://www.templer-orden.de/




Juillet 1983 : Luc Jouret installé par J. Origas à la fonction de Grand Maître de l'ORT. Il n'aura aucune fonction administrative dans l'Ordre.


Août 1983 : décès de Julien Origas.
http://www.geocities.com/roggemansmarcel/ort.htm


1984 : Ordre International Chevaleresque Tradition Solaire
Eté 1984 : Fondation par Luc Jouret de l'Ordre TS (Ordre Tradition Solaire). Scission avec l'ORT.


Fin 1984 : Ordre des Chevaliers du Temple Christ Notre Dame - Louveciennes (Bernard Delattre)
La FJRT est rebaptisé le 27.12.1984
Fondation de l'OCTCND (Ordre des Chevaliers du Temple du Christ et de Notre-Dame).



1988 : Ordre Souverain du Temple Initiatique - Paris
Raymond Bernard fonde le CIRCES (Cercle International de Recherches Culturelles et Spirituelles), ), puis l'OSTI (Ordre Souverain du Temple Initiatique).
http://www.unadfi.org/actualite/themes/osti.htm


1988 : Grand Prieuré Magistral de Suisse de l'Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem
Le Grand Prieuré Magistral de Suisse se rattache en 1988 à l'O.S.M.T.H. (Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani)


http://www.templiers.ch



1990 : L'Ordre International Chevaleresque Tradition Solaire (OCITS) prend le nom d'Ordre du Temple Solaire (OTS )
... de sinistre mémoire (53 victimes)
http://www.amnistia.net/news/enquetes/templsol/templsol.htm
http://www.amnistia.net/librairi/amnistia/n13/tempsol.htm



1993 : Ordre Régulier et Souverain du Temple (ORST)
Propriétaire de la marque "Ordre du Temple", cet ordre développe un projet d'Etat : l'Etat Souverain du Temple.


1992 : l'Ordre des Veilleurs du Temple se dote d'une structure élargie appelée Ordre du Temple International - Militia Templi , pour fédérer les Ordres frères présents dans différents pays : France, Italie, ...



Octobre 1993 : OSTI
: Fusion de l'Ordre Souverain du Temple Initiatique et du CIRCES sous la dénomination OSTI
http://www.osti.orghttp://www.circes.org


Novembre 1995: La Stricte Observance Templière Contemporaine

http://www.oisot.com

La SOT contemporaine, fut préparée par un Cercle d'études dont les membres se réunirent régulièrement depuis 1993. Une première loge fut consacrée selon les us et coutumes en avril 1995, par un Collège consacrant constitué de Francs-Maçons émérites, ayant accédé aux plus hautes responsabilités maçonniques. Le Grand Chapitre de la III ème Province fut consacré le 11 novembre de cette même année.Ce même jour le Grand Prieur de l'Ordre devait également installer le 1er Grand Maître Provincial et ses Officiers, dans la plus pure tradition de l'Ordre : Fra. Johannes+Maria, Eques professus a Stella per Ensem.

La SOT contemporaine se divise en deux entités (GLESO + OISOT) faisant partie du même corps, celui de l'ancienne IIIème province de l'Ordre :

La Grande Loge Écossaise de Stricte Observance. (GLESO)
Elle se situe plutôt comme une maintenance et ne compte actuellement qu'une vingtaine de Justes et Parfaites Loges de Saint-Jean de Jérusalem, en fonctionnement ou en cours de création. Elle possède par ailleurs une Loge de Recherche, publiant un cahier annuel et une Loge d'Instruction travaillant sur les anciens rituels. Si elle tient à rester élitiste par la qualité de ses travaux, elle est ouverte aux frères comme aux sœurs. Elle s'attache à conforter ses liens avec les principales Obédiences françaises et européennes. Elle s'applique aussi à faire valoir ses spécificités, en se maintenant à sa juste place. Sans désir de prosélytisme, elle ne demande qu'à évoluer parmi les sociétés initiatiques et philanthropiques référentes dans le monde en ce domaine.

Ordre Illustre de la Stricte Observance Templière. (OISOT)
Avec ses vingt-sept degrés symboliques chevaleresques et cléricaux, l'Ordre Illustre de la Stricte Observance, dont la G.L.E.S.O. est suffragante, offre au cherchant sincère une voie initiatique tout à lait complète et remarquable.




1999 : L'Ordre des Chevaliers du Temple Pretres de la Sainte Arche Royale (CTPSAR)

http://www.glmmmf.org/ctpsar/Default.htm


2004 : Décès de Gérard de Sède

Gérard de Sède est décédé le 29 mai 2004 dans la plus parfaite indifférence des médias. Son parcours est pourtant étonnant : ce journaliste fut l’un des principaux responsables trotskystes en France avant la Seconde Guerre mondiale et dans l’immédiate après-guerre (cf Histoire de l’extrême gauche trotskyste de 1929 à nos jours de Frédéric Charpier, Editions n°1, 2002). Egalement franc-maçon, ce journaliste au Canard enchaîné pendant plus de 25 ans, fut à l’origine d’un formidable canular mystico-occultiste avec ses ouvrages Les Templiers sont parmi nous (le supposé trésor des Templiers à Gisors), L’Enigme de Rennes-le- Chateau, La Race fabuleuse (Stenay et les rois mérovingiens), dont l’essentiel avait été, en réalité, collationné, voire rédigé, par un professionnel de la mystification, Pierre Plantard, connu durant l’Occupation sous le nom de Pierre de France (il dirigea Vaincre, pour une jeune chevalerie), puis, dans l’après-guerre comme Pierre Plantard de Saint Clair, supposé Grand Maître d’un non moins mythique Prieuré de Sion (sur cet étonnant dossier, voir Notes sur l’actualité du Prieuré de Sion, Politica Hermetica, n° 10, 1996 et The Priory of Sion Hoax, Gnosis, printemps 1999). S’inspirant de ce filon, des dizaines d’ouvrages à succès, tout aussi farfelus, sont parus aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne (le dernier étant le roman supposé «à clés», Da Vinci Code).

 



2005 : "Supremus Ordo Militaris Equitum Teutonicorum" (SOMET)

Très discrètement (l’information n’a été publiée sur aucun site du Vatican), Benoît XVI a envoyé, début novembre, un courrier regrettant et s’excusant pour les torts commis par Clément V à l’égard des Templiers, accordant le droit à l’organisation néo-templière allemande SOMET, dirigée par le Grand Maître Bernt Scwenteck, de porter à nouveau le nom de «Templiers» et de figurer dans les annuaires officiels comme Ordre international des Templiers, avec bénédiction papale.
http://iodr.de

Le Vatican a officiellement désavoué la nouvelle le 19 décembre 2005, assurant que les documents avaient été falsifiés

Un Ordre Templier objet de polémique au Vatican
[Die Welt 19.12.05]
Accusations du ministère public à cause d'une falsification de document papal http://www.welt.de/data/2005/12/19/820214.html

Ordre Templier en détresse
[MaerkischeAllgemeine 17.12.06]
Une accusation de falsification de document papal place un Ordre Templier dans l'embarras http://www.maerkischeallgemeine.de/cms/beitrag/10614131/60709/


Sources générales sur les ordres néo-templiers :

Encyclopédie des sectes dans le monde . - Plume, Christian Pasquini, Xavier. - Paris : Henri Veyrier, 1984 . - 490 p. (Connaissance de l'étrange).

Tableau chronologique retraçant en parallèle la vie et l'oeuvre de Raymond Bernard, l'histoire de l'AMORC et celle des principaux mouvements templiers du XXe siècle
http://www.fghoche.com/tribunes/chronobio.html

Une ascension fulgurante (1118 - 1314) | Une élimination brutale (1307-1314) | Le mystère d'une survivance | Bibliographie

Histoire des Templiers | Projet othm | Index

mise à jour : 25.02.08